Le Martin-Pêcheur


Cela faisait un petit moment déjà que nous cherchions à immortaliser le célèbre Martin-Pêcheur. Pour ces belles couleurs bien sûr, dont le bleu étincelant provient des reflets prismatiques de la lumière sur les structures minuscules de ses plumes. Mais aussi pour cette vivacité lors de ces multiple chasses quotidiennes, jusqu’à 80 poissons par jour !!!

MP (19 sur 19)

Ses principales caractéristiques sont :

  • une livrée brillante et très colorée (bleue sur le dessus, rousse et blanche en dessous),
  • un bec long et fin,
  • un corps court et trapu,
  • une taille approximative de 16 cm et un poids, approximatif lui aussi, de 40 g.

    MP (18 sur 19)

C’est un oiseau qui se nourrit de petits poisson et de petits animaux aquatiques. C’est pourquoi il vit à proximité des étendues d’eau, où il peut se nourrir en abondance. Sa proie repérée, généralement depuis un perchoir, il plonge en percutant violemment la surface de l’eau, l’attrape, puis l’avale tête la première dans le sens des écailles. Si elle n’est pas dans le bon sens, il la lance en l’air et la rattrape avec agilité dans le sens qui lui convient.

MP (8 sur 19)

Il ingurgite sa proie d’un seul coup. Après digestion, il rejette par la bouche une pelote de réjection constituée des arêtes des derniers poissons digérés. Le rejet de cette pelote est précédé de ce qui ressemble à des bâillements. Quand le poisson est destiné à être livré aux juvéniles, le martin-pêcheur le retourne pour le présenter tête en avant. L’adulte rentre alors dans le couloir de sa niche et sert celui des petits qui attend son tour dans un mouvement de « noria » bien régulé au fond de la cavité. En période de nourrissage, un adulte peut capturer jusqu’à 70 ou 80 poissons dans la journée, ce qui implique une activité permanente.

MP (4 sur 19)

Le Martin Pêcheur parcourt un circuit sur son territoire en se posant sur des perchoirs qu’il connaît, bien disposés pour guetter ses proies. Si sa position est assez haute, il plonge en flèche directement, et ressort aussi rapidement de l’eau grâce à la poussée d’Archimède résultant de l’air emprisonné sous son plumage.

MP (7 sur 19)

S’il part d’un support trop proche de la surface, il doit d’abord s’éjecter vers le haut avant de se retourner pour plonger. Mais il peut aussi faire de longues séquences de vol stationnaire avant de plonger. Lorsque sa tentative est récompensée, il se pose et entreprend d’assommer sa proie en la battant sur sa branche par des mouvements de tête alternés, avant de l’avaler, quand il ne va pas la porter à sa compagne (mâle en période nuptiale) ou à ses juvéniles.

MP (15 sur 19)

Le Martin Pêcheur apprécie aussi les falaises calcaires ou sédimentaires, qui se réchauffent facilement au soleil, et les abords des étendues d’eau dans lesquelles il pourra plonger pour attraper sa nourriture. Il reste dans son territoire de prédilection tant que les eaux ne sont pas prises par les glaces, car cet oiseau craint les hivers trop rudes, et dans ce cas, il migre vers des régions plus tempérées.

MP (2 sur 19)

Nous avons eu beaucoup de plaisir à le photographier ce jour là. C’est un oiseau très rapide et quand il est en pleine course, ces courbes et son bec nous font penser à la structure d’un avion de chasse… Un oiseau magnifique et passionnant que nous ne manqueront pas de guetter lors de nos prochaines sorties…

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s