Couverture de livre – Mémoires d’Exoterres – Fabrice Pittet

Grâce aux Editions Kadaline, j’ai eu la chance de travailler sur la couverture du nouveau roman de Fabrice Pittet « Mémoires d’Exoterres ». L’univers du livre m’a tout de suite inspirée, étant moi-même une grande fan de science-fiction et de fantasy. Fabrice avait déjà une guideline bien précise pour sa couverture, et je n’ai eu qu’à interpréter son idée de base.

Sa sortie dans les librairies suisses est pour aujourd’hui ! alors profitez-en !

En attendant voici un petit aperçu de son contenu :

C’est un recueil de 5 nouvelles!

Créatures mythiques, fantastiques, combats héroïques, courage, liens du sang et nobles causes sont à l’honneur dans ces cinq nouvelles épiques, oscillant entre fantasy et science-fiction.

COMME LES DEUX DOIGTS DE LA MAIN

Ferdinand et Erni sont deux frères qui puisent leur force en l’autre, l’un, physiquement, le second, mentalement.

Pourtant, une tragédie est à l’œuvre et leur symbiose devra être rompue. Quel héritage laisse-t-on, lorsque nous quittons ce monde ?

PETITE CHOSE

Les Golshims, un peuple du désert à la peau d’ébène.

Comment Bessim-Tor, fier guerrier, va-t-il protéger son enfant à la peau laiteuse dans ce monde si dur et si cruel, où la différence est synonyme de danger et de rejet de ses pairs ?

LE REQUIEM ÉCAILLEUX

Heb est le soldat d’un Monde Filant, ces gigantesques comètes sillonnant l’espace. Appelé pour la mission de son existence, il devra quitter les siens pour être celui qui, peut-être, mettra enfin la main sur l’arme ultime qui sauvera l’humanité : un dragon intersidéral.

MORT À LA LUNE

Opaline a disparu ! Elle incarne tout ce qui lui reste de sa défunte épouse bien-aimée, et Torbiak mettra tout en œuvre pour la retrouver. Mais le temps presse : la Mauvaise Lune s’apprête à cracher un cocon de Morwocks, des prédateurs aliens bien décidés à s’approprier la planète.

MAMAN

L’Homme a voulu jouer à Dieu pour plus de profit, et a laissé la planète dévastée. Subsistant tant bien que mal dans les villes, les quelques survivants de l’humanité n’en ont plus pour longtemps. Tars-Melloun part en dangereuse mission de repérage : une forme de vie a été repérée, l’espoir qu’on attendait tant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.