Animaux – Le Pic Epeiche

C’est un visiteur bien connu de notre environnement que nous vous présentons aujourd’hui. En effet, un couple de pics épeiche qui vient régulièrement tambouriner dans les arbres creux aux alentours de notre cuisine. C’est donc une chance de pouvoir les photographier sans les déranger et d’en apprendre un peu plus sur cet oiseau intelligent et polyvalent qui nous fait l’honneur de sa visite.

Le Pic épeiche (Dendrocopos major) est l’espèce de pics la plus répandue et la plus commune en Europe et dans le Nord de l’Asie. Faisant partie des pics de taille moyenne, il se caractérise par un  plumage rayé de blanc et de noir et une tache rouge écarlate sur le bas-ventre près de la queue.

Espèce diurne, le Pic épeiche vit solitaire ou par couple dans un territoire dont il ne s’éloigne guère, même en hiver, les mâles étant les plus sédentaires. Il peut adopter un comportement plus erratique et migrer en hiver lorsque la nourriture se raréfie.

De tous les pics, l’épeiche est le plus répandu et le plus connu de Suisse. Il vit partout où il y a des arbres d’un certain diamètre, aussi bien dans les agglomérations qu’en forêt ou en milieu agricole. Ce pic, de la taille d’un merle, est principalement noir et blanc ; seul le bas-ventre présente une tache rouge vif. Le mâle porte une petite tache rouge sur la nuque, les juvéniles ont une calotte rouge.

Le pic épeiche ressemble aux autres pics bigarrés (pic épeichette, pic mar, pic à dos blanc, etc.), mais s’en distingue par le dos bien plus sombre, le bas-ventre et les sous-caudales rouge vif près de la queue et, pour ce qui concerne le mâle, une petite tache rouge sur la nuque. Le motif de la tête strié de noir entoure des joues, un menton et une gorge blanches : le front est blanc chamoisé, tandis que la calotte est noire. Une moustache noire relie la base du bec à la nuque (bande post-auriculaire) et descend vers la poitrine pour former un large demi-collier sur le haut. Le bec à la forme de ciseau en bois est puissant, pointu et noir. Les yeux sont foncés, entourés d’une fine bande blanche.

Son manteau est principalement noir, avec de grandes taches blanches, ovales sur les ailes et des rayures sur les rémiges. Il porte deux bretelles blanches, bandes bien visibles de chaque côté du dos. La queue est noire avec des taches blanches sur l’extérieur.

La femelle est identique au mâle, à part sa nuque qui est noire. Le jeune pic épeiche a une large calotte rouge bordée de noir et le bas-ventre dans les tons rosés, plus clair que celui de l’adulte.

L’adulte a une taille comprise entre 20 et 24 cm, un poids de 70 à 98 g et une envergure de 34 à 39 cm4.

Oiseau grimpeur montant ou descendant à reculons, il utilise comme support, pour se maintenir à la verticale des branches qu’il parcourt, des plumes spéciales de sa queue, les rectrices, qui sont rigidifiées et portées par un pygostyle volumineux. D’autres adaptations anatomiques favorisent sa stabilité quand il est accroché à un tronc : largeur du bassin, allongement des fémurs

La langue des pics épeiches est effilée, très longue, visqueuse et pourvue de nombreux corpuscules, avec une petite extrémité plate et pointue qui est ornée de petits crochets. L’oiseau peut la projeter loin en avant. Les tarses grisâtres sont courts et les doigts sont pourvus d’ongles solides et recourbés. Les deuxième et troisième doigts sont tournés à l’avant et les premiers et quatrième à l’arrière, ce qui est traditionnellement considéré comme une adaptation d’oiseau grimpeur pour monter facilement aux arbres tout en prenant appui sur les rectrices de la queue, très robuste.

Le régime alimentaire du pic épeiche est plus varié que chez les autres espèces de pics9 : très insectivore pendant la période de reproduction, il se nourrit d’insectes xylophages, de fourmis, d’araignées, de larves sur ou sous les écorces, dans les fissures mais aussi dans le bois des arbres. En dehors de cette période, il ajoute à son régime toutes sortes de végétaux, tels que des graines ligneuses de conifères, des baies (notamment des noisettes, noix, glands et noyaux de fruits dont il extrait l’amande), des pousses (bourgeons), voire la résine et la sève sucrée des arbres. La musculature puissante du cou ainsi qu’un bec puissant, muni de carènes renforçant la ramphothèque de la mandibule supérieure et d’un culmen à faible courbure, sont une adaptation anatomique à ce régime alimentaire. D’autres adaptations peuvent également intervenir : l’ouïe pour repérer les larves et insectes xylophages en train de grignoter, ou de subtiles différences de résonance (dues à la présence de tunnels dans lesquels logent ses proies) provoquées par les coups de bec dans le bois. Pour décortiquer les fruits durs, le pic coince les noix et les cônes dans des « forges », c’est-à-dire des fourches de branches, des fissures de l’écorce qui servent d’étau pour y bloquer ses prises et les déchiqueter plus Un trou, une noisette, une forge!

Il vient parfois aux mangeoires. Par temps de neige et de gel persistants, il vient se nourrir aux boules de graines et graisse du commerce suspendues hors de l’atteinte des chats, mais aussi à des plaques de graisses que l’on peut fabriquer soi-même.

Avec son bec, il lui arrive de transpercer le nichoir des mésanges pour en ramener les oisillons comme nourriture pour sa propre couvée.

Le pic épeiche picasse, pleupleute. Le pic épeiche a pour cri typique une note explosive courte et sèche. Il émet aussi des « chick » plus doux et plus bas. 

Le martèlement lent du tronc des arbres (coups de bec espacés et brefs) dont il se sert pour localiser et chercher sa nourriture (insectes et larves) par creusement, est différent du « tambourinage » (coups de bec puissants très rapides, entre 5 et 20 coups par seconde, à une vitesse estimée de 25 km/h) qui a lieu surtout à la fin de l’hiver et au début du printemps) et a pour fonction la recherche d’une partenaire et l’affirmation du territoire (parade territoriale)

Ces violents coups de bec sont amortis par un système d’absorption des chocs : une tête en forme de marteau (car le trou occipital est à la face inférieure du crâne) ; une boîte crânienne plus stable, plus large relativement et plus épaisse que celle des autres oiseaux ; un cou court ; la partie osseuse de sa mandibule inférieure, un peu plus longue, disperse via les côtes renforcées le choc ; une structure osseuse spongieuse qui assure la transition entre le bec et l’os du crâne.

Ce tambourinage qui peut s’entendre jusqu’à 800 mètres alentour a longtemps été perçu comme une vocalisation, jusqu’à ce qu’en 1943, des observations plus fines mettent en évidence qu’il s’agit d’un bruit entièrement mécanique, produit par la succession précipitée de coups de bec.

Presque tous les mâles des oiseaux forestiers arborent des couleurs vives pour attirer les femelles lors des parades nuptiales ou servir d’avertissement à leurs concurrents (aposématisme) dans les frondaisons sombres et enchevêtrées des arbres. Les pics ne font pas exception.

La mue complète des adultes a lieu après la saison de reproduction qui dure environ 120 jours. Les oisillons constituent une exception chez les petits nidicoles : ils revêtent directement leur plumage juvénile sans passer par le stade duvet.

Avec son bec puissant et avec sa force, le Pic épeiche creuse le bois pourri pour en extraire les larves d’insectes à l’aide de sa langue spéciale munie de crochets. En automne et hiver, surtout, les fruits et graines font également partie de son régime alimentaire. Les pives et les noisettes sont coincées dans une fourche ou une crevasse d’arbre, puis ouvertes avec le bec pour atteindre les graines succulentes. Le Pic épeiche utilise de telles «forges de pic» régulièrement. Au printemps, il perfore parfois les arbres d’une série de trous et lèche la sève.

La parade des Pics épeiches commence dès février. Les mâles tout comme les femelles tambourinent sur des troncs creux. Ce tambourinage porte sur une longue distance. Le bec et la tête du pic sont alors soumis à d’énormes pressions. Grâce à du cartilage compressible, un cerveau très bien protégé et une mandibule inférieure, qui disperse partiellement la violence des coups dans le reste du corps, le pic n’a pas de maux de tête. Grâce à ses rectrices renforcées, sur lesquelles il peut s’appuyer, et son doigt postérieur qu’il peut placer selon les besoins, le Pic épeiche peut grimper sur les troncs avec aisance. Après l’accouplement, la femelle pond environ 6 oeufs blancs dans une cavité d’arbre. Les jeunes y grandissent en toute sécurité. Peu avant l’envol, on peut entendre crier les jeunes intensivement depuis leur trou.

Photos: LoomiStudio

Sources textes: Larousse, Wikipedia, BirdLife.ch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.